Les amoureux fleur bleue…

Expo Kandinsky à Beaubourg. De superbes toiles pointillistes à ses débuts, pas mal de monde à l’expo, comme d’habitude, dont un couple d’amoureux qui s’embrassent. Ils sont jeunes, probablement étudiants encore, peut-être en école d’art, qui sait ? En tous cas, ils s’embrassent. Beaucoup. Ils se regardent les yeux dans les yeux, longuement, devant les toiles, pendant que des gens seuls tentent de les contourner pour mieux voir les tableaux.

Mais pour eux, le monde n’existe plus : ils sont jeunes, ils sont beaux, ils font une sortie culturelle et ils s’aiment devant des chef-d’oeuvres.

 

Je continue la visite. Kandinsky passe vite à l’abstraction, mélange les couleurs dans de grands aplats flous. Et les amoureux ? Ils sont toujours là. Oui, pile devant le grand tableau. Et ils s’embrassent.

 

Ils me font penser à cette observation d’un ami des Etats-Unis : 

« C’est drôle de voir les amoureux à Paris. Ils se bécotent tout le temps. »

« Oh, pas tant que ça tout de même » Avais-je protesté.

« Je t’assure, pour moi, si. Ca doit être dans la culture, en Amérique on est moins démonstratif. »

 

Eux, ils démontrent à tout va. Ils le démontrent par A + B, par leurs regards langoureux et noyés de tendresse, par leurs gros palots fougueux et tout mouillés : ils s’aiment. Et puis voilà.

 

C’en est presque attendrissant. Je me dis que décidément, le romantisme existe toujours. Que dans ce monde où tant de gens s’esquivent des relations en arguant d’une peur panique de l’engagement suite à un trop grand nombre de déceptions sentimentales, finalement, il reste des gens pour y croire. Pour le vivre. Je les regarde se faire gentiment alpaguer par une gardienne qui leur dit qu’ils empêchent les gens de voir les tableaux parce qu’ils se mettent juste devant. Ils sourient et s’en vont.

 

Je m’assieds face à une toile immense et je me dis qu’ils sont beaux, qu’ils sont frais, qu’ils sont purs.

 

C’est à ce moment-là qu’ils s’asseyent juste à côté. La fille se blottit contre le garçon qui lui caresse les cheveux. Et il lui dit :

– Quand est-ce que tu veux qu’on aille au sex-shop acheter le guide sur la sodomie ?

 

Les amoureux fleur bleue ne sont plus ce qu’ils étaient.

 

http://www.deezer.com/track/2546119

 
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s