Aponie

L’abbaye en automne


aponie : absence totale de troubles corporels

L’aponie est la récompense après la course.
Parfois, il est difficile de se lever quand le ciel est gris, quand la bruine chuinte sur notre coin de Belgique, quand il fait froid.
Parfois, les muscles ne veulent pas continuer, réclament une pause.
Mais il suffit de contempler les lacs et l’abbaye, d’avancer sous le couvert des arbres, en zigzaguant pour éviter cygnes et canards.
À la fin du parcours, le corps est éveillé, réchauffé, plein de gratitude pour l’exercice et la beauté de ces quelques kilomètres,
Prêt à attaquer la journée en paix.

Publicités