Gracia

Quand j’apprends une langue, je me prends d’amour pour des petits mots ou des expressions toutes faites, qui me servent de moteur pour en apprendre davantage. Par exemple, au Chili, j’ai pu m’émerveiller devant y eso fue, littéralement : ce fut, équivalent de c’est tout. Notre voyage au Chili aura duré un mois, au cours duquel Rodrigo m’a présenté au reste de sa famille chilienne (je connaissais déjà sa mère) et au pays où il aura vécu la moitié de sa vie.
Un des mots qui m’a fascinée fut « Gracias ». Quoi de plus simple et de plus banal que de dire merci ? En espagnol, ce petit mot devient l’expression de la grâce, don divin ou bonheur aléatoire, état de contentement et de légèreté. On souhaite à ses interlocuteurs, plusieurs fois par jour, de multiples moments de grâce. Ce simple fait me mettait, non pas en extase mystique, mais dans un état plus modeste de ravissement.
Gracias à la mère de Rodrigo qui nous a accueilli chez elle, ainsi qu’à ses amis et sa famille, qui a été patiente avec mon espagnol trébuchant, passant occasionnellement à l’anglais,
Gracias Carlos et Marta de la ruka Mellilef , pour leur accueil et avoir partagé si généreusement les traditions mapuche (et la cuisine ! Cette cuisine !), Antoine pour ses chansons ;
Gracias à tous ceux que nous avons rencontré, et bien sûr à Rodrigo pour m’avoir fait découvrir un si beau pays, des collines couvertes de maisons à Valparaiso aux collines brumeuses de l’île de Chiloé.