Pourquoi aller droit au mur quand on peut y courir : vive les langues étrangères

Ce que j’aime faire, par-dessus tout, ce sont les choses impossibles. Du moins, très difficiles. Une fois que je me suis mis une idée en tête, je vais tout faire pour la réaliser, quitte à m’écraser lamentablement. Inutile de me lancer des avertissements. Il faut que j’y aille, que j’essaie, que je réussisse, ou pas. Là, par exemple, j’ai formé le souhait, depuis un certain temps, d’apprendre l’espagnol et l’allemand, une langue scandinave, et le flamand.

Alors, je commence par le flamand (je vis en Flandres) et l’espagnol (en apprentissage mou depuis novembre 2008).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s